La guerre de Troie

| Aucun commentaire

Scène bataille de la Guerre de Troie

Scène de bataille de la Guerre de Troie

L’une des plus grandes épopées antiques qui soit venue jusqu’à nous est l’Iliade d’Homère, où est fait le récit de la guerre de Troie, est l’une des plus importantes de l’antiquité. Des générations d’écoliers ont été captivées par ces héros, des combats sanglants et une ruse historique qui a donné la victoire aux Grecs sur les Troyens.

Littérairement, c’est une œuvre magistrale mais qu’en est-il dans la réalité ?

 

Origines

Buste d'Homère

Buste d'Homère

Selon la mythologie grecque, les trois déesses Athéna, Héra et Aphrodite, étaient en conflit pour savoir laquelle des trois était la plus belle. Pour ce faire, elles désignèrent un mortel, Pâris, fils du roi de Troie, Priam, pour les départager. Le jugement de ce dernier alla à la divinité de l’amour, Aphrodite, qui lui avait promis la plus belle femme de la Grèce, Hélène, épouse de Ménélas, roi de Sparte. Ce choix lui attira les foudres des deux autres concurrentes.

Pâris conquiert donc Hélène qui abandonne cité, son mari et sa fille pour le suivre. Pour venger son frère bafoué, Agamemnon, le puissant roi de Mycènes, met alors une expédition destinée à détruire Troie. Ce fut l’origine de ce conflit légendaire.

Mais cette légende relève plus de la mythologie que de l’histoire. En réalité, les historiens grecs du Vème siècle avant notre ère ont apporté à la tradition homérique des explications historiques et politiques. Pour certains, les Troyens représentent les éternels ennemis de la Grèce et cette guerre aurait été menée pour les exterminer. Pour d’autres, le conflit décrit par Homère symbolise la première tentative de rassemblement des Grecs en vue d’une conquête.

Cependant, les trouvailles archéologiques ne semblent pas du tout confirmer cette « réalité historique ».

Redécouverte du site antique

C’est un allemand, Heinrich Schliemann, qui est à l’origine de cette fabuleuse découverte archéologique du XIXème siècle.
Après avoir rassemblé une fortune considérable, cet homme d’affaires l’employa à démontrer la véracité de l’épopée homérique. Cet homme rêvait de Troie depuis tout petit dit-on, après avoir reçu un livre pour ses huit ans « l’Histoire universelle pour les enfants », où étaient représentés les héros de l’Iliade. L’enfant aurait appris par cœur, en six semaines seulement, les 25000 vers de l’Iliade et l’Odyssée.

Troie - Vestiges

Troie - Vestiges

Il rechercha tout d’abord le palais d’Ulysse, puis la cité de Troie.

En 1871, utilisant les textes grecs pour guider ses fouilles et aidé par une centaine d’ouvriers, il commence à dégager la colline d’Hissarlik, sur la côte turque de la mer Egée.
Il découvre alors les superposées de sept cités, dont la plus ancienne remonte à la fin de l’âge du bronze, vers 2 500 avant notre ère. La seconde est recouverte d’une épaisse couche de cendres.

Le 14 juin 1873, il met au jour près de 8 700 coupes, anneaux, bracelets d’or et pierreries. Il l’appelle le trésor de Priam, du nom du roi de Troie que met en scène l’Iliade. En réalité, la couche dans laquelle le trésor est enfoui correspond à une époque antérieure de près d’un millénaire à celle de Priam.

Cette découverte a cependant montré de manière convaincante qu’une ville a effectivement existé sur le site de Troie.

Les archéologues ont baptisé la petite bourgade découverte du nom de Troie VII d’après l’ordre des couches archéologiques. Les vestiges la montrent si petite et si pauvre que l’on ne comprend pas pourquoi les Grecs auraient levé une telle armée contre cette ville. Le site date de périodes antérieures à celles supposées de la guerre de Troie.

Troie - Fondations

Troie - Fondations

En 1876, il fouille le site de Mycènes et trouve des trésors qu’il attribue aux Atrides. Donc, à l’inverse, la ville du roi Agamemnon était riche.

Reste que la présence d’une ville ne prouve pas qu’elle ait été en guerre contre les Grecs.

Depuis, les archéologues ont découvert de hautes murailles tout autour de la cité qui suggèrent l’existence d’une société militaire. Mais, il n’y a aucun indice qu’une armée ait jamais campé à l’extérieur.
Pourtant, Homère évoque des forces assiégeantes de près de 110 000 hommes. Mais, les historiens sont persuadés que, s’il y a eut une guerre, elle n’a pas pu durer 10 ans, comme l’affirme l’Iliade.
Il s’agirait là des exagérations propres au genre épique car, à cette époque, les armées comptaient tout au plus quelques milliers d’hommes, et les campagnes ne se prolongeaient pas au-delà de quelques mois.

Et le Cheval de Troie dans tout ça ?

Reconstitution du Cheval de Troie, sur le site archéologique en Turquie.

Reconstitution du Cheval de Troie, sur le site archéologique en Turquie.

D’après la légende, les Grecs réussirent à prendre la ville grâce au célèbre cheval de Troie, animal de bois gigantesque à l’intérieur duquel ils s’étaient glissés et grâce avant de retirer leur armée en laissant la machine devant les portes.
Croyant qu’il s’agissait d’un don des dieux, les Troyens le firent entrer dans leurs murs.
La nuit venue, les Grecs s’extirpèrent du cheval et mirent la ville à sac et vainquirent. Cet épisode marque la fin de l’Illiade et donc de la Guerre de Troie.

On n’a trouvé aucun vestige d’un tel engin lors des fouilles, et rien ne prouve que cette histoire se fonde sur un épisode réel.
Elle peut toutefois s’inspirer de machines de siège monumentales, dont l’usage à l’époque de la guerre de Troie n’est pas exclu.

La dimension symbolique d’un tel engin est donc l’option la plus raisonnable et la plus logique. Les Grecs ont très certainement vaincu les Troyens, mais probablement pas par un tel subterfuge.

Le mythe et la réalité

Les défenseurs du texte d’Homère estiment que la trame générale est exacte, même si certains évènements, recueillis par le poète au terme de plusieurs siècles de transmission orale, peuvent avoir été transformés.
Les conteurs auraient progressivement modifié l’histoire, en l’adaptant aux thèmes et aux héros traditionnels qu’ils avaient à leur répertoire.

Nous ne pouvons trancher avec certitude. Les découvertes archéologiques n’ont pas permis à ce jour de confirmer ou d’infirmer cette épopée.

Brad Pitt dans le rôle d'Achille dans le film Troie (2004)

Brad Pitt dans le rôle d'Achille dans le film Troie (2004)

Il est fort probable que la cité de Troie ait bien existé. Il est également probable qu’une guerre ait eu lieu. Cependant, la bataille a certainement été largement embellie tant dans sa durée que dans les méthodes employées.

La ruse du cheval de Troie a été très probablement inventée de toutes pièces par les Grecs.
L’archéologie et les textes confirment l’existence d’un monde dirigé par des princes belliqueux.

Le rôle d’Hélène quant à elle, la belle princesse grecque dont l’enlèvement par le prince troyen Pâris provoqua la guerre de Troie, est lui aussi sujet à caution. Selon Homère, sa beauté a suffi pour que des milliers de navires se lancent à sa recherche, mais aucun document historique de l’Antiquité ne mentionne son nom.

Si puissante et guerrière que soit la civilisation mycénienne, elle n’en sera pas moins détruite à son tour.
Vers 1 200 avant notre ère, elle disparaît brusquement, peut-être sous le coup de nouveaux envahisseurs ou de révoltes intérieures.
La Grèce a alors été plongée dans trois siècles d’obscurité.

Il n’en reste pas moins, que vraie ou non, nous continuerons, comme les Grecs, d’être fascinés par l’un des plus fascinants récits de tous les temps. En effet, ce sont les Achéens qui ont transmis à la Grèce l’héritage crétois. Leur souvenir est demeuré dans les poèmes homériques et s’est transmis jusqu’à nos jours.